26 déc. 2012

"Moi, j'suis pas très concerné par ce problème"

Ca ne vous ait jamais arrivé de soudain baisser les yeux et vous déporter au plus loin dans votre marche des gens, portant un (affreux mais visible) pardessus orange, vert ou bleu, vous interpellant à Alésia ou aux Halles, en plein Paris pour vous demander de souscrire à des causes humanitaires....

François Rollin dans Eclectik (France Inter) à propos de

"ce qu'il est de bon ton d'aimer, et ce qui n'est pas de bon ton d'aimer"


"Un des fléau de l'époque à laquelle je vis, selon moi, c'est une forme de bien-pensance, qui est d'ailleurs une langue de bois car elle n'implique rien dans l'action et elle ne change rien au réel c'est juste une posture, qu'on trouve dans des tas d'endroit, (...) la bien - pensance, "j'suis du bon côté", "j'ai les bons sentiments", "je suis absolument pour la liberté", "résolument contre la guerre", "résolument pour la générosité". 
A certains endroits de ma vie, Elle a essayé de me dire que "non non, ça on ne peut pas faire, ou ça on ne peu pas aimer, et qui de ce fait étouffe des personnalités, des désirs, des envies poétiques.
Peut être qu'il faudrait avoir la franchise de dire " moi, je ne suis pas très concerné par ce problème".
Est ce que c'est scandaleux si je disais "moi, vu la vie que je mène, vu là où la vie m'a emmené, je ne suis pas hyper concerné. J'vais ptète pas vous faire une déclaration, ptète même pas signer la pétition, parce que se serait un peu du flan, honnêtement j'm'en occupe pas.
Est ce qu'on peut vraiment se prononcer sur quelque chose qui intervient à des milliers de km et dont on sait très peu de chose. 
Est ce qu'il ne faudrait pas dire, non pas j'men fou, parce que se serait inutilement méprisant, mais, j'suis pas très concerné, j'm'en occupe pas. Mon combat, si j'en est un est ailleurs."







1 commentaire:

BISAR a dit…

Fucking Street found raising !